dimanche 8 janvier 2017

Epiphanie !



Nous te rendons grâce, Seigneur, pour ton épiphanie de Bethléem.
Aux mages qui cherchent un roi, tu te manifestes sur la paille.

Nous te prions pour tous les chercheurs de Dieu
que ta lumière les guide vers toi,
Dieu fait petit enfant.


Nous te rendons grâce, Seigneur, pour ton épiphanie aux nations
pour ta manifestation de l’orient à l’occident.

Nous te prions pour toutes les églises réparties dans le monde.
Que la grande joie de ton incarnation les habite toutes,
Dieu, lumière qui éclaire tout homme.


Nous te rendons grâce, Seigneur, pour ton épiphanie d’aujourd’hui,
pour ta manifestation que tu nous confies.

Donne-nous de considérer tout homme comme frère, enfant du Père,
et qu’en allant vers lui, nous témoignons de ton amour,
Dieu venu pour tous.


Nous te rendons grâce, Seigneur, pour ton épiphanie dans l’Eucharistie
où tu manifestes le don total de ta vie livrée.

Nous te prions pour les communautés réunies en ce dimanche.
Comme tu es venu demeurer chez les hommes,
demeure aujourd’hui en nos cœurs,
Dieu donné pour tous.



Rosy    

dimanche 1 janvier 2017

Vivre en Espérance



Je ne te demande pas, mon Dieu, de faire que cette année soit un miracle.
Je ne te demande pas de remplacer la réalité par mes rêves ou de faire que mes désirs me fassent oublier la nuit.
Je te demande seulement, mon Dieu, d'oser l'Espérance.


Chers amis et amies d’Hurtebise, c’est avec cette prière de Jean Debruynne, prière pour l’année nouvelle, que je voudrais venir aujourd’hui à vous. En cette période nous nous écrivons, nous offrons nos bons vœux. Qu’est-ce qu’un vœu ? Un souhait… Un désir… porté dans le creux de nos mains, dans le creux de nos cœurs, dans le creux de l’Espérance qui nous anime. Pourrions-nous écrire des vœux sans espérance ?
Que nous souhaiter ? sinon de vivre en Espérance. Nous laisser chaque matin revêtir d’Espérance pour aller à la rencontre du jour nouveau. Chaque matin recevoir des mains du Père la vie nouvelle, l’habiter, la partager.
Belle Année à vous, qu’elle nous soit occasion de vivre ensemble en Espérance
Sr Thérèse-Marie

dimanche 25 décembre 2016

Je vous annonce une grande joie

L’avez-vous entendu, ce cri ?

Cela fait pourtant 2000 ans
qu’il résonne
et que, d’écho en écho,
il vous revient
chaque nuit de Noël.

L’avez-vous entendu ?

Y a-t-il parmi vous des veilleurs
dont le regard étonné
se hissera plus haut
que la brume
pour reconnaître les signes ?

L’avez-vous entendu ?

Où sont-ils les cœurs simples
qui partent sans preuve ?
Sortez de vos tiédeurs
et de vos tranquillités :
le jour va bientôt se lever.

L’avez-vous entendu ?
  

Il faut simplement marcher,
vers une étable, vers un enfant.
Regardez :
c’est le sourire de Dieu
venu rejoindre ses frères.
  
«  et ils s’en retournèrent en louant Dieu »



            Rosy

dimanche 18 décembre 2016

Donner un nom - Mt 1, 18-24


Dieu indicible
Dieu innommable
Dieu au-delà de tout nom.

Homme convié à nommer les animaux
Nommer les générations de ses fils
Nommer son Dieu.

Christ, le béni
Marqué par l’onction
Envoyé du Père.

Jésus, le sauveur,
Dieu avec son peuple
Pour le mener à la vie.

Emmanuel, Dieu avec nous
Compagnon de route
Au côté de chaque Homme.

Dieu
Je te nomme à mon tour
Au profond de mon être.
Rosy

dimanche 11 décembre 2016

Allez annoncer - Mt 11, 2-11


Peuple rassemblé sur la place :
les yeux se décillent,
les oreilles s’ouvrent,
les jambes bondissent,
les cœurs reçoivent la bonne nouvelle.

Puis ils sont venus avec leur question :
Attendre, oui, mais qui ?
A votre tour, leur dit Jésus :

Ouvrez les yeux,
tendez l’oreille,
et courrez à toutes jambes.
Allez annoncer la bonne nouvelle !

Les voilà envoyés
auprès de Jean,
disciples enseignant leur maître.
Le message est porté au messager.

Les plus petits dans le Royaume…

Rosy

dimanche 4 décembre 2016

Dans le désert - Mt 3, 1-10




Attendez… attendez…

Désert immobile
où seul un cri
résonne.

Préparez… préparez…

Les horizons
se renvoient la nouvelle :
il va venir,
il approche,
il n’est plus loin.

Le serpent menteur
est renvoyé dans son trou.

Le palmier-dattier
porte ses meilleurs fruits.
  
Aplanissez… aplanissez…

Les pierres s’écartent
pour que s’ouvre
un sentier éphémère.

Il faut s’y avancer,
nombreux,
il faut y marcher
à sa rencontre.

Le chemin aplani,
les cœurs seront prêts.
Il sera là.

Rosy

dimanche 27 novembre 2016

Partage de nouvelles d’Italie (4)

Tout au long de ces journées, il a beaucoup été question de « formation », que ce soit en atelier, en conférence, ou dans des conversations occasionnelles.
On insiste de plus en plus sur le fait qu’en vie monastique, - et j’élargis volontiers en vie chrétienne - la formation n’est pas l’affaire d’un temps initial, le noviciat, les premiers vœux… mais l’affaire de tout une vie. Benoît appelle le monastère, une école du service du Seigneur. Qui y demeure est donc à l’école à perpétuité.
En utilisant le terme formation, Mère Araceli (une prieure des Philippines que certains d’entre vous ont rencontrée ici en janvier 2015) insistait sur le fait que la formation, n’est pas seulement un enseignement ou un apprentissage, c’est un processus de transformation personnelle mis en route à l’aube de notre vie, et qui ne s’arrêtera qu’à notre mort.
Avons-nous conscience de cela ? Sommes-nous vigilants à user de toute occasion, de toute expérience de vie comme d’un tremplin pour accroître l’humanité en nous, pour nous laisser transformer par l’Esprit, modeler par lui, pour devenir toujours davantage nous-même ? En vie monastique, il s’agit de croître par la foi, l’espérance et la charité, par les chemins de l’Évangile, par une quête inlassable de Dieu, qui nous mène à une vie toujours plus unie au Christ. Une vie toujours plus vivante en lui, par lui et pour lui. Cela n’est pas réservé aux seuls moines, c’est une invitation bien plus large, qui je pense peut vous rejoindre tous et chacun !


Soeur Thérèse-Marie